Retour à la page Actualités du dopage

Actualité du dopage



Les preuves contre Armstrong existent

16/10/2009 - France Soir - Maxime Mianat

Extraits

(...)

Jean-Pierre de Mondenard a assisté, mercredi, à la présentation du tracé du Tour 2010. Surpris par la présence à cette occasion de Lance Armstrong, il revient sur le taux d'hématocrite suspect de l'Américain durant la dernière Grande Boucle.

FRANCE-SOIR. Selon l'AFLD, l'UCI se serait montrée conciliante envers l'équipe Astana lors de ses contrôles antidopage pendant le Tour 2009. Que vous inspire cette polémique ?

JEAN-PIERRE DE MONDENARD. Demander à une fédération de lutter contre le dopage est un non-sens absolu. Connaît-t-on un seul PDG qui soit également délégué syndical ? Non ! A L'UCI, Pat McQuaid est les deux à la fois. Mais l'AFLD n'est pas totalement innocente dans cette passe d'armes. Elle aurait dû réagir pendant le Tour. (...) A vrai dire, on a l'impression que l'AFLD a surtout voulu faire parler d'elle. Elle aimerait avoir davantage de pouvoir dans les opérations de contrôles sur le Tour, et je ne pense pas qu'elle ait agi sans arrière-pensée médiatique.

Le passeport biologique a-t-il une utilité dans la lutte antidopage ?

Il permet de cibler les tricheurs, mais il n'est pas parfait. Le passeport ne peut mettre en évidence que des réactions par rapport aux produits que le corps absorbe, et pas les cas de transfusion sanguine, par exemple. Lance Armstrong a affiché pendant le dernier Tour ses paramètres biologiques sur son site, et on remarque qu'ils n'ont pas bougé tout au long de l'épreuve. C'est clairement un indice majeur de tricherie. En temps normal, votre hématocrite (...) diminue progressivement au fil des efforts physiques. Le fait que ce taux soit resté stable chez Armstrong prouve qu'il y a eu manipulation.

Armstrong a été accueilli comme une star, mercredi, lors de la présentation du tracé du Tour 2010. N'est-ce pas surréaliste ?

Le fait qu'il ait été présent en 2008 relevait déjà de l'hérésie et marquait la défaite de la lutte antidopage. Après le Tour 2005, le quotidien L'Equipe révèle que six des douze contrôles positifs à l'EPO, datés de 1999, appartiennent à Armstrong. Quelques années avant ce scandale, il se rend dans un hôpital américain pour son cancer. Le cardiologue lui demande les produits qu'il utilise pour se soigner. Armstrong lui détaille alors, devant témoins, qu'il prend notamment de l'EPO. La somme des témoignages révélant ses pratiques suspectes constitue, en termes juridiques, des preuves testimoniales. Les preuves contre Armstrong existent et sont crédibles pour la justice.

Il pourrait donc être inquiété par la justice ?

En cas de procès, oui ! Mais il n'y en a jamais eu, sauf concernant des publications et des livres. Si l'organisation du Tour de France l'attaque en justice pour manquement à l'éthique ou a l'image de l'épreuve, la somme des témoignages et des preuves est suffisante pour qu'un tribunal puisse condamner Armstrong.

Pourquoi l'UCI ne le fait-elle pas ?

L'UCI ne va pas risquer d'abîmer l'image de son sport. Frank Vandenbroucke, cela faisait des années qu'il était sur la corde raide. Et qui s'est occupé de lui venir en aide ? Personne ! L'UCI n'est pas la bonne entité pour lutter contre le dopage. Il faut un organisme neutre car les fédérations internationales ne sont pas indépendantes de la lutte antidopage.

Finalement, selon vous, quelle part du peloton se dope ?

On parlait il y a encore quelques années d'un cyclisme à deux vitesses. On peut maintenant parler d'un cyclisme à quatre vitesses. Il y a ceux qui utilisent ce que l'on appelle des « transporteurs d'oxygène », à savoir les produits les plus performants. La deuxième vitesse regroupe ceux qui prennent des produits moins performants mais non identifiables et qui augmentent, par exemple, la sécrétion d'hormone (corticoïde, anabolisant). Il y a ensuite les produits borderline, qui sont pour la plupart vendus en Italie, tel le Neoton, et utilisés par les insuffisants cardiaques. (...) Il y a enfin les gens qui se font rédiger des ordonnances de complaisance. J'ose espérer, après tout ça, qu'il existe encore des coureurs qui ne se dopent pas.

Lire l'article en entier



Cette page a été mise en ligne le 16/10/2009.


Retour à la page Actualités du dopage