Actualité du dopage



Sylvain Georges suspendu deux ans ?

07/10/2013 - cyclisme-dopage.com - Marc Kluszczynski

Le cycliste français Sylvain Georges (AG2R-La Mondiale) avait été contrôlé positif à l'heptaminol, un stimulant spécifié S6.b, le 14 mai lors de la 10ème étape du Giro. La FFC décida d'une suspension de 6 mois, durée tout à fait en accord avec le type de substance et avec les explications du cycliste : une substance spécifiée peut donner lieu à une sanction amoindrie si le sportif prouve l'origine accidentelle de la présence dans son organisme et explique que cette substance n'était pas destinée à augmenter ses performances. Lors du Giro, Sylvain Georges avait absorbé le médicament Ginkor Fort® pour soulager des douleurs variqueuses aux jambes. Comme AG2R fait partie du MPCC, le contrôle positif du coureur était très embêtant pour l'équipe de Vincent Lavenu : il survenait moins d'un an après celui de Steve Houanard, positif à l'EPO le 21 septembre 2012 lors d'un test inopiné. Dans ce cas, le règlement interne au MPCC oblige l'équipe entière à une exclusion de 8 jours dès le 1er jour de la compétition suivante au calendrier World Tour. AG2R se voyait interdite de Dauphiné Libéré début juin. On pouvait craindre la préparation pour le Tour perturbée mais Romain Bardet s'y classait meilleur français à la 15ème place, et Christophe Riblon gagnait à l'Alpe d'Huez.

On pensait que Georges allait réintégrer l'équipe l'année prochaine (ce que n'aurait pas permis une suspension de plus de 6 mois selon le règlement MPCC) mais l'UCI décidait de faire appel devant le TAS de la suspension de 6 mois décidée par la FFC et demandait une durée de 2 ans ! Cette décision a-t-elle été initiée par Pat Mc Quaid peu avant les élections de l'UCI ? Il se peut que l'irlandais en mal de confiance de ses électeurs dans sa volonté de mener la lutte antidopage, ait voulu tenter un dernier coup d'éclat. Il serait tout à fait anormal que Brian Cookson, élu à la présidence de l'UCI, maintienne cet appel : de nombreux cas anciens plaident pour le maintien de la suspension initiale à 6 mois. Lors du Tour de France 2008, Dmitriy Fofonov, dernier cycliste pro à être positif à l'heptaminol, fut suspendu 3 mois. Le nageur Frédéric Bousquet sera suspendu 2 mois en 2010, déjà à cause du Ginkor Fort® mais cette fois-ci pour soigner une crise d'hémorroïdes. Alexander Kolobnev sera positif à l'hydrochlorothiazide (diurétique S5 spécifié) lors du TdF2011. Blanchi par sa fédération, l'UCI demanda une suspension de 2 ans. Le cycliste russe fut blanchi par le TAS. D'autres cas récents avec des stimulants spécifiés en natation correspondent à des durées de 6 mois à un an. Nous conseillons donc à Sylvain Georges (qui peut prouver l'origine de la substance) de contester la suspension de deux ans que veut lui infliger l'UCI.

Il sera néanmoins difficile à Sylvain de retrouver un guidon pour 2014 : des équipes disparaissent (Euskaltel Euskadi, Vacansoleil) et les sponsors se font rares. Et le passeport sanguin n'en finit pas d'avoir des ratés : l'anglais Jonathan Tiernan-Locke (chez Sky en 2012) est inquiété pour anomalies de son passeport datant de 2011 alors qu'il était chez Endura Racing. Le problème est que ni Garmin (qui voulait l'embaucher) ni Sky n'ont vu quoique ce soit sur leurs analyses sanguines d'embauche ! Sky prône pourtant unetolérance zéro envers le dopage.


Marc Kluszczynski est pharmacien
Il est titulaire du diplôme universitaire de dopage de l'université de Montpellier (2006)
Il est responsable de la rubrique "Front du dopage" du magazine Sport & Vie et collabore à cyclisme-dopage.com


Aller plus loin

Article suivant : 14/10/2013 - Suspension à vie demandée contre Di Luca
Article précédent : 01/10/2013 - Georges, l'UCI fait appel



Cette page a été mise en ligne le 07/10/2013