Actualité du dopage



Ses AUT dévoilées par des hackers russes, Bradley Wiggins se défend

25/09/2016 - velo101.com


L'ancien vainqueur du Tour de France est revenu, dans un entretien accordé à la BBC, sur les autorisations d'usages à des fins thérapeutiques (AUT) qui lui ont été prescrites pendant sa carrière.

(...) L'Agence mondiale antidopage (AMA) a vu sa base de données piratée par un groupe de hackers russes, plus connu sous le nom de ‘Fancy bears'. Ce groupe a notamment diffusé les données de championnes comme Simone Biles ou encore Serena Williams, mais aussi des cyclistes comme Christopher Froome, Fabian Cancellara ou encore Bradley Wiggins.

Ce dernier a bénéficié d'une AUT pour prendre du triamcinolone, un stéroïde inscrit dans la liste des produits interdits par l'UCI, avant trois grandes courses : le Giro 2013, et les Tours de France 2011 et 2012. 2012, date de son sacre sur le Tour de France, devant son coéquipier Christopher Froome. La diffusion de ces données en a interpellé plus d'un, quand on fait référence à l'autobiographie du champion anglais parue en 2012, dans laquelle il avait juré observer une hygiène de vie « sans seringue ».

Vendredi, Prentice Steffen, l'ancien médecin du Britannique quand il était encore chez Garmin Slipstream, s'est étonné devant les AUT délivrées à son ancien patient. « On est obligé de voir une drôle de coïncidence dans le fait qu'une grosse dose de corticoïdes en intramusculaire soit nécessaire... exactement avant la course la plus importante de la saison», a-t-il estimé pendant l'émission Newsnight. (...)

Dans un entretien accordé à la BBC, le premier Britannique vainqueur du Tour de France s'est donc défendu : « L'objectif était de régler un problème médical. Il ne s'agissait en aucun cas de bénéficier d'un avantage injuste. Je voulais simplement me remettre dans les dispositions sportives me permettant de rivaliser au plus haut niveau ». Bradley Wiggins a affirmé que c'était la seule solution à prendre, prise à deux, avec le médecin de Sky : « nous avons rencontré un spécialiste pour trouver un moyen de régler ce problème. Ce dernier nous a dit : "oui, il y a quelque chose que vous pouvez faire, mais vous aurez besoin d'une dérogation de l'Union cycliste internationale" J'ai choisi de suivre ce conseil médical ». (...)

Lire l'article en entier

Aller plus loin

Article suivant : 27/09/2016 - Chris Froome dénonce les abus
Article précédent : 25/09/2016 - Une AUT de Stephen Cummings publiée par les Fancy Bears



Cette page a été mise en ligne le 25/09/2016