Brève



Fignon: "Je ne sais pas si le fait que je me sois dopé ait joué"

01/09/2010 - 7sur7.be - chds

Extraits

Sans détour et fidèle à lui-même, Laurent Fignon, décédé hier d'un cancer à 50 ans, avait écrit un livre en 2009 (Nous étions jeunes et insouciants) en abordant la question du dopage. Cortisones et amphétamines (pas d'EPO): le coureur français, fatigué en fin de carrière n'avait pas pu résister à la tentation.

(...)

Touché par un cancer du poumon, puis de la gorge, c'est un Laurent Fignon très affaibli (il n'avait quasiment plus de voix) qui avait tenu à tenir son rang de consultant sur France 2 lors du Tour 2010. Les sportifs dopés sont généralement victimes de cancer du foie, conséquence d'une baisse des défenses immunitaires en cas de dopage intensif.

(...)

"D'après les médecins, la réponse est non. Mais il est impossible de dire si le fait que je me sois dopé ait joué. Je n'en sais absolument rien", avait avoué Laurent Fignon jadis sur France Info. "Mais il ne faut pas généraliser. Si tous les cyclistes qui en ont pris devaient avoir un cancer, on en aurait tous !"

(...)

Lire l'article en entier


Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Dans son livre Nous étions jeunes et insouciants, Laurent Fignon avoue avoir pris de la cocaïne en 1984, année de sa seconde victoire dans le Tour de France. Il a été contrôlé positif aux amphétamines en 1987 et en 1989. Ce n'est donc pas un coureur "fatigué en fin de carrière" qui a cédé à la tentation du dopage.


Cette page a été mise en ligne le 08/09/2010