Brève



Encore des sorties ratées d'Eddy Merckx !

11/02/2012 - cyclisme-dopage.com - Marc Kluszczynski

A son arrivée à Adélaïde pour le Santos Tour Down Under (17 au 22 janvier), Eddy Merckx a accepté de répondre à quelques questions des journalistes de Cyclingnews. Mal lui en a pris car manifestement, l'interview n'était pas préparée. Alors que tous les observateurs sont d'accord pour considérer le Tour de France 2011 comme le plus crédible jusqu'alors, Merckx pense que c'est complètement faux : si les vitesses d'ascension dans les cols ont été plus basses et les temps mis pour les gravir bien augmentés depuis 2 ans, cela est du d'après lui au... vent de face. Il prend l'exemple de la 18ème étape du Galibier au Tour de France 2011 où Andy Schleck mit 2 minutes de plus que ses poursuivants pour gravir les pentes finales. Or c'est complètement faux : le vent de face ne soufflait qu'en vallée vers la montée du Lautaret (tous les cyclistes de Briançon savent que le vent s'installe en fin de matinée) et pas (ou beaucoup moins) après dans le Galibier dont la face Sud est à l'abri. Et si Andy Schleck s'est effondré dans ce dernier col, la cause n'était pas le vent de face, mais son raid solitaire mené peu après le départ de l'étape. D'ailleurs, son frère Franck bat le record de puissance de Mickael Rasmussen en 2006 dans cette ascension Sud du Galibier avec 416 watts.

Merckx, avec l'orgueil du champion qu'il était, prend tout le monde à contre courant et déclare : " Je ne pense pas qu'ils vont moins vite maintenant dans les ascensions de col ".Mais la majorité des temps d'ascensions de col a augmenté depuis 2 ans. Dans le Tour de France 2011, seules les ascensions de Frank Schleck dans le Galibier et d'Andy Schleck dans l'Izoard ont progressé mais les étapes étaient courtes. Comment expliquer alors que Samuel Sanchez a gravi l'Alpe d'Huez (19ème étape de 109 km du Tour de France 2011) en 41 min 45 loin du record de Pantani en 1995 (36 min 50) ? Et que Contador grimpe le Tourmalet en 56 min 30 lors du Tour de France 2010 contre 44 min 30 pour Lance Armstrong et Jan Ullrich en 2003 ?

Puis bizarrement Merckx lâche : " 95% du peloton roule à l'eau claire, ce n'est pas le cas de nombreuses personnes dans la vie de tous les jours ". Sous -entendu : arrêtons d'accabler les pauvres cyclistes ! Encore des déclarations sans queue ni tête d'Eddy Merckx ! On espère pour lui qu'il n'a pas oublié qu'il était engagé par ASO pour l'organisation du Tour du Qatar en février. A moins de chercher à se faire virer (en niant les progrès de la lutte antidopage sur le Tour de France et en préconisant un départ du Tour de France 2014 au Qatar) on lui conseille fortement de préparer ses interviews ou de prendre un porte-parole. Par contre sur l'affaire Contador, Eddy Merckx a touché du doigt sans le vouloir le noeud du problème, en déclarant : " Je ne suis pas médecin, je ne sais pas ce qui s'est passé ! ". C'est vrai, comment ne pas y avoir pensé plus tôt ? Il suffisait d'interroger le médecin de Contador ou celui de l'équipe Astana plutôt que le boucher d'Irun pour connaître la vérité. Protégés par le secret médical, les médecins n'ont jamais été interrogés ou placés en garde à vue. Suite à l'annonce de la suspension de Contador, Merckx repart de plus belle et déclare : " Je pense qu'on veut tuer le cyclisme ". D'après lui, les instances antidopage ont été trop loin en suspendant l'espagnol pour une dose infime de clenbutérol (50 pg/ml) mais plus loin, admet : " Je suis le premier (sic) à dire que le cyclisme a besoin de tests antidopage performants ".

En fait, on peut penser que Merckx voulait tordre le coup à toutes les études de puissance réalisées par des spécialistes devant leurs écrans (Portoleau, Grappe) et qui doivent vraisemblablement gêner les coureurs dans la réalisation de leurs ascensions. Or ces études tiennent compte du vent et sont précises à 2% près. Devant toutes ces tergiversations, il est facile de deviner que Merckx reste partisan d'un cyclisme en eaux troubles. A l'opposé de John Fahey, Président de l'AMA, qui déclare : " Contador est un tricheur. Point ! "


Marc Kluszczynski est pharmacien
Il est titulaire du diplôme universitaire de dopage de l'université de Montpellier (2006)
Il est responsable de la rubrique "Front du dopage" du magazine Sport & Vie et collabore à cyclisme-dopage.com




Cette page a été mise en ligne le 11/02/2012