Brève



Un médecin du sport condamné

10/04/2013 - franceantilles.fr - V.D.


Prévenu d'avoir prescrit des produits ou procédés dopants à des sportifs, dont des cyclistes, le Dr Deher Dugamin a été reconnu coupable, hier, par les juges pointois.

- La présidente : « Beaucoup de cyclistes allaient vous voir pour se « faire aider » pour être au mieux de leur forme pour les compétitions. Un témoin anonyme dit que la moitié du peloton guadeloupéen vous connaissait pour rendre ce genre de service. »

Devant les juges pointois hier, Deher Dugamin (57 ans), médecin du sport, doit répondre d'« administration ou application de produit dopant ou masquant à un sportif participant à une compétition ou à une manifestation sportive » . Et ce entre 2005 et 2007.

À l'origine de l'affaire, le contrôle antidopage positif d'un coureur - Freddy Hamlet - sur le Tour de la Martinique en juillet 2005. Ce qui lui vaut une sanction disciplinaire - un an de suspension - et déclenche l'ouverture d'une enquête confiée à la police judiciaire.

(...)

« Comme explication, il produit une ordonnance d'avril 2005 du Dr Dugamin lui prescrivant un traitement « remontant » . Une perfusion hebdomadaire de différents médicaments (magnésium, vitamines, Aspégic...) » , résume la présidente. « Un traitement utilisé pour des personnes dénutries incapables de se nourrir par voie normale » , tique le substitut du procureur Violaine Boisseau.

Freddy Hamlet assure de sa bonne foi, malgré la présence d'un produit dopant dans son organisme. « Et la prescription anormale de médicaments par perfusion » , souligne la présidente. Un procédé interdit pour les sportifs par intraveineuse ou injection, d'autant plus avant une compétition.

L'enquête de police passe le braquet supérieur après la saisie au cabinet du Dr Dugamin d'une cinquantaine de dossiers médicaux et l'audition de témoins. Plus d'une dizaine de sportifs, notamment des cyclistes, parmi lesquels Frédéric Théobald et Christian Luce.

« Certains vous consultaient depuis plusieurs années et ont dit que vous organisiez des séances de remise en forme et de préparation physique. Que vous procédiez à des injections de différents médicaments... » , synthétise la présidente, qui constate qu'un autre grand nom du peloton, contrôlé positif, met lui aussi en cause le Dr Dugamin.

(...)

À la barre, en l'absence de son avocat (1), le Dr Dugamin se défend seul. Et il répète aux juges que « de toute sa carrière - longue de 24 ans -, il n'a jamais eu de patients contrôlés positifs » . Ce à quoi la présidente lui répond qu'il en a eu « au moins deux » . Et elle s'étonne de la méconnaissance du praticien : « En tant que médecin du sport, il vous appartient de vous tenir au courant des produits ou procédés interdits. »

Le Dr Dugamin crie à la diabolisation. « Je constate qu'on a envie de détruire ma carrière professionnelle. Après la publicité qui a été faite, mon cabinet a été déserté. » Il remet en cause les déclarations des sportifs. « Pourquoi n'y a-t-il eu aucune confrontation ? »

(...)

(1) Dans un courrier faxé la veille de l'audience au tribunal pointois, l'avocat parisien du Dr Dugamin a demandé le renvoi de l'affaire, ce dernier étant en déplacement à Bastia pour régler une succession. Le tribunal a refusé la demande de renvoi et le Dr Dugamin a donc dû se défendre seul.

- Interdiction d'exercer

Reconnu coupable par le tribunal correctionnel pointois, le Dr Dugamin a, conformément aux réquisitions du ministère public, été condamné à 6 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende.

Il écope également de l'interdiction d'exercer la médecine du sport pendant 5 ans. À l'issue de l'audience, le Dr Dugamin a fait part de son intention de faire appel de cette décision.

Lire l'article en entier


Cette page a été mise en ligne le 18/04/2013