Actualité du dopage



Liquigas défend Franco Pellizotti interdit de Tour d'Italie

04/05/2010 - nouvelobs.com

Extraits

La formation cycliste Liquigas a annoncé mardi qu'aucune preuve scientifique établit que son coureur Franco Pellizotti se soit dopé.

Pellizotti (...) s'est vu interdire le départ du Giro samedi en raison de paramètres sanguins anormaux.

Renato Di Rocco, le président de la Fédération italienne de cyclisme, avait expliqué lundi que le profil sanguin du coureur ne correspond pas aux critères définis par la passeport biologique mis en place par l'Union cycliste internationale (UCI) et qu'il devra s'en expliquer. Di Rocco n'a pas donné plus de détails.

"Jusqu'à maintenant, les éléments avancés ne démontrent pas avec certitude, à un niveau scientifique, le comportement illicite de l'athlète", indique Liquigas dans un communiqué publié mardi.

Liquigas dit attendre des explications de Pellizotti, mais s'étonne que la révélation d'irrégularités dans le profil du coureur intervienne si tardivement alors que les prélèvements ont été effectués l'été dernier, avant le départ du Tour de France 2009.

Pellizotti devrait s'exprimer en conférence de presse mardi. Le procureur antidopage du Comité olympique italien (CONI) a annoncé qu'il entendra Pellizotti le 17 mai.

Les organisateurs du Tour d'Italie ont annoncé mardi qu'ils souhaitent que le Giro 2010 devienne la course la plus contrôlée de l'histoire du cyclisme avec un total de 520 tests programmés, soit encore davantage que les 340 échantillons sanguins et 141 échantillons urinaires prélevés l'an dernier.

L'Italien avait fini troisième du Tour d'Italie 2009. Il fait partie des trois coureurs, avec le Slovène Tadej Valjavec (AG2R-La Mondiale) et l'Espagnol Jesus Rosendo Prado (Andalucia-Cajasur), au sujet desquels l'UCI a annoncé lundi avoir demandé l'ouverture d'une procédure disciplinaire sur la base de paramètres sanguins anormaux.

Dans un communiqué, l'UCI a dit avoir demandé l'ouverture des "procédures disciplinaires" contre ces coureurs "pour violation apparente du Règlement Antidopage, sur la base des informations apportées par le profil sanguin inclus dans leur passeport biologique". Chaque fédération nationale va désormais devoir enquêter pour déterminer si son coureur a pris des produits interdits.

L'UCI a précisé que "chaque coureur mentionné se verra accorder le droit à la présomption d'innocence jusqu'à ce qu'une décision finale soit prise à son sujet".

(...)

Lire l'article en entier



Cette page a été mise en ligne le 05/05/2010