Actualité du dopage



Aidez-nous à aider Laurent Jalabert

21/03/2014 - cyclisme-dopage.com

Lors de son audition devant les sénateurs français en mai 2013, Laurent Jalabert avait déclaré d'un air contrit : " On s'est fait soigner à l'époque, mais aujourd'hui, je ne pourrais pas dire si c'était complètement illégal ... ou légal (...) Je ne peux pas dire avec fermeté que je n'ai jamais rien pris d'illicite. (...) On était soigné, je n'ai jamais dit le contraire. Mais était-on dopé ? Moi je crois que non ... ". Bon nombre de commentateurs s'étaient alors gaussés de cette formulation maladroite et, avouons-le, nous étions de ceux-là.

Après plusieurs mois de retraite, Laurent Jalabert annonçait la semaine dernière son retour comme consultant sur France 2 et RTL. Au micro d'Yves Calvi, il déclarait : "On m'a accusé avant même que j'ai connaissance de ce qui se passe, et avant même d'avoir pu me défendre. (...) Et aujourd'hui, après avoir tenté de me défendre, je n'ai pas réussi à obtenir la moindre preuve de ce qui a été dit". Celui dont les urines contenaient, selon les sénateurs français, de l'EPO lors de son contrôle du 22 juillet 1998 au Plateau de Beille explique avoir demandé une contre-expertise à l'AFLD. Malheureusement, ceci n'est plus possible. Même si le rapport de l'AFLD publié par les sénateurs, encore eux, affirme que l'échantillon en question a répondu positivement aux trois méthodes de détection utilisées, il reste donc un doute pour Laurent Jalabert.

L'ancien coureur se montre très affecté par cette impossibilité d'apporter des preuves de son propre dopage. Nous même, depuis plusieurs années, avons tenté d'établir le dopage du mazamétain et même si nous avons établi un faisceau de présomptions, nous n'avons pas de preuve formelle. Il serait insupportable, pour nous comme pour Laurent Jalabert, de rester sur cet échec. L'ancien champion de France a été trop longtemps accusé de vouloir dissimuler la vérité pour qu'au moment où il se lance dans une recherche de preuves, nous ne soyons pas à ses côtés pour le soutenir et l'aider.

C'est pourquoi nous avons décidé de lancer un appel à témoin. Si vous êtes un de ses anciens équipiers (ou même adversaires) et l'avez vu se doper, contactez-nous (Johan, nous comptons sur vous). Si vous êtes un de ses anciens dirigeants et l'avez vu se doper ou surtout si vous l'avez incité à se doper, contactez-nous (Manolo et Bjarne, nous comptons sur vous). Si vous êtes un médecin et lui avez fourni des protocoles de dopage ou des produits dopants, contactez-nous, quel que soit la marque de votre voiture. Si vous êtes hôtelier et avez trouvé dans vos poubelles des produits dopants après le passage du panda, contactez-nous (si vous êtes espagnol, nous trouverons un traducteur). Si vous êtes fana de moto et avez suivi Jaja pendant un Tour de France en transportant des fioles dans vos sacoches, contactez-nous. Si vous êtes journaliste et avez surpris votre ami consultant évoquer son propre dopage pendant son sommeil, contactez-nous (Thierry, vous aiderez un ami). Si vous êtes laborantin au Laboratoire de Chatenay Malabry, vérifiez bien dans le frigo s'il ne reste pas un peu de pipi de panda (dans le fond du freezer on a tendance à oublier tout un tas de chose). Bref qui que vous soyez, si vous avez le moindre indice qui pourrait nous aider à établir de façon formelle que Laurent Jalabert s'est dopé, vous nous feriez plaisir, mais surtout vous soulageriez le fringant consultant de France 2 et RTL. Ne le laissez pas tomber. Aidez-nous à aider Laurent Jalabert ! Envoyez-nous un mail à contact@cyclisme-dopage.com.


Nota :

Si vous êtes sénateur, pas la peine de nous appeler. Votre rapport à beau contenir les procès-verbaux de contrôles et les résultats d'analyse de l'AFLD, Lance Armstrong lui-même s'en contrefout. Alors pourquoi pas Jalabert ?

Si vous êtes Antoine Vayer ou Frédéric Portoleau, pas la peine de nous appeler. Vous avez beau établir que Jalabert était dans ce que vous appelez la " performance mutante " à la Vuelta en 1996 et en 1997 et au Giro 1999, vous voyez bien que ça ne l'a pas convaincu. D'ailleurs, dans votre magazine " La Preuve par 21 ", nous faisions déjà état des liens entre Jalabert et Ferrari et nous divulguions les variations de son hématocrite mais ça ne l'a pas plus convaincu.

Si vous êtes Bernard Hinault, pas la peine de nous appeler. Après l'avoir traité de "voleur" comme vous l'avez fait dans L'Equipe en juillet 1999, vous n'avez aucune chance de le convaincre.

Si vous êtes le responsable de l'hôtel Auriense à Orense en Espagne, pas la peine de nous appeler. On a déjà les photos de vos poubelles et elles n'ont pas convaincu Jalabert.

Si vous êtes Fabien Roux, pas la peine de nous contacter. Vous avez déjà essayé de rafraîchir la mémoire du mazamétain et ça n'a pas marché. Ou alors venez avec des billes un peu plus percutantes que celles que vous aviez au procès de Cahors.


Aller plus loin

Article suivant : 27/02/2015 - Où l'on reparle de la collaboration de Jalabert avec le docteur Ferrari
Article précédent : 07/03/2014 - Jalabert prêt à (re)passer à la télé, pas aux aveux



Cette page a été mise en ligne le 21/03/2014