Actualité du dopage



Trois cyclistes amateurs placés en garde à vue

02/03/2011 - leparisien.fr

Trois cyclistes étaient en garde à vue mardi à Caen (Calvados) mais aussi en Bretagne, dans le cadre d'une enquête déclenchée en décembre dans le milieu amateur pour « usage et aide à l'usage de produits dopants », menée par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé (Oclaesp).

Fabrice Taillefer, 47 ans, avait été placé en garde à vue en décembre et, cette fois, c'est son fils Fabien, 20 ans, qui a été arrêté dans le Morbihan. Le père est un vétéran, ancien champion de France catégorie Ufolep (...). « Un coureur qui a gagné des centaines de courses, des Championnats de Normandie », raconte un ancien président de club de la région. Un amateur déjà tombé pour dopage à la dexaméthasone, une hormone de synthèse. Il avait été interdit de compétitions pendant trois mois avec sursis.

Romain C. a 22 ans, lui, et a été interpellé en décembre. Ce cycliste de bon niveau vient de passer quelques jours en prison à Caen pour ne pas avoir respecté son contrôle judiciaire. Il a « pris des substances interdites, ponctuellement », reconnaît son avocat, Me Samuel Chevret. « Il ne se rendait pas vraiment compte, tant la pratique est répandue », poursuit-il.

Cinq cyclistes, un adepte de la musculation et deux professionnels de la santé sont déjà mis en examen dans cette enquête (...). Et d'autres mises en examen ne sont pas à exclure. (...) Lors des perquisitions, des produits ont été retrouvés dans le réfrigérateur familial tout comme ces fioles d'hormone de croissance. Un médecin de l'Orne est aussi dans la ligne de mire des gendarmes. Il se serait fait berner par un sportif qu'il soignait depuis l'enfance. Prétextant des douleurs et des tendinites, il lui aurait prescrit des corticoïdes qui auraient été revendus à d'autres sportifs. Enfin, un salarié d'une pharmacie de la région de Caen vient lui aussi d'être mis en examen. Il aurait fourni du NeoRecormon 30 000, un médicament à base d'EPO, administré à des malades du cancer sous chimiothérapie pour lutter contre certains effets secondaires. Il aurait récupéré ces médicaments auprès de la famille d'un malade décédé pour les revendre à un cycliste.

Lire l'article en entier



Cette page a été mise en ligne le 02/03/2011