Actualité du dopage



Le Dieu du cyclisme fait une apparition à Lisieux

28/07/2016 - cyclisme-dopage.com

Après la diffusion du Cash Investigation, le 27 juin dernier, on aurait pu penser que Bernard Sainz tenterait de se faire oublier. C'était sans compter sans l'âme provocatrice (ou facétieuse, au choix) de celui que certains appellent " Dieu ". Mardi soir dernier, profitant de la proximité d'Almenêches, où il a son manoir, et de Lisieux, Sainz était selon nos informations parmi le public du Criterium organisé dans la ville normande. Le peloton comptait d'ailleurs en son sein au moins un coureur qui était encore il y a peu en relation avec le sulfureux docteur Mabuse. Rappelons que, comme l'avaient révélé Le Monde et Cash Investigation, les coureurs du groupe cible de l'UCI, sont interdits de toute " association d'ordre professionnel ou dans le cadre de l'activité sportive avec " avec Bernard Sainz.

La présence de Bernard Sainz n'est pas nouvelle aux abords des courses. En avril dernier, il assistait à l'arrivée de Paris-Camembert à Vimoutiers, devant les caméras indiscrètes de Cash Investigation. En 2015, Il accompagnait l'équipe belge Veranclassic-Doltcini au Tour du Maroc puis assistait au Tour de France à Livarot, muni d'un laissez-passer transmis par un ou plusieurs membres d'Amaury sport organisation (ASO). Au Criterium de Castillon, il se faisait photographier auprès de Chris Froome (photographie publiée ce matin sur Twitter par Clément Guillou, journaliste au Monde). Un an plus tôt, c'est aux Championnats de France qu'on pouvait croiser le gentleman-farmer normand. En 2013, à la terrasse d'un café, il regardait tranquillement passer les coureurs de la course amateurs de Montpinchon (Manche). La même année, il était à Rouen, dans le village départ du Tour de France, muni d'un bracelet jaune d'invité par un partenaire du Tour.

Assurément, Bernard Sainz est un passionné de courses cyclistes. Déjà en 2003, il n'hésitait pas à enfreindre son contrôle judiciaire pour se rendre au Tour du Cameroun. Mis en cause dans l'affaire Sainz-Lavelot en 1998, il publie en 2000 son le livre Les stupéfiantes révélations du Dr. Mabuse et va faire des séances de signature... sur le Tour de France.

La présence de Bernard Sainz aux abords des courses est différemment appréciée dans le milieu cycliste. En 2014, le dirigeant d'un club amateur avait tenté de réveiller les consciences en s'élevant contre la présence du docteur Mabuse au Championnats de France. Il avait alors adressé un courriel à l'ensemble de ses collègues. L'un d'entre eux ne manque alors pas d'en informer Bernard Sainz qui menace le dirigeant de rebelle de poursuite en diffamation. Quand il ne prend pas sa plume pour menacer, Sainz se trouve de bonnes âmes pour le défendre. C'est ainsi qu'en 2015, sa présence au Tour de France avait été suivie d'un article dans le journal Libération. Quelques jours plus tard, le journaliste François Thomazeau répliquait en considérant que le docteur Mabuse ne devait prescrire que des placebos. Ce matin, les réseaux sociaux commençaient à se faire l'écho de la présence de Sainz à Lisieux.

Les héros du dernier Tour de France, s'ils l'ont aperçu, ont-ils cru à une apparition divine ?



Le post-scriptum de cyclisme-dopage.com

Quelques heures après la publication de cet article, une photo publiée par Antoine Vayer sur Twitter montrait Bernard Sainz en compagnie de Lloyd Mondory au circuit des remparts à Saint-Lô (Manche). Selon Cash Investigation, Lloyd Mondory consultait le Docteur Mabuse à l'époque où il a été contrôlé positif à l'EPO. Depuis, Sainz lui prodiguerait des conseils juridiques.



Cette page a été mise en ligne le 28/07/2016